Image
Professionnel qui ajoute la laine soufflée dans les combles perdus

Comment isoler des combles perdus ?

Que diriez-vous de reléguer le plaid aux oubliettes ? L’isolation des combles perdus fait partie des travaux énergétiques indispensables pour réduire le montant de votre facture de chauffage. Entre 25 et 30 % des déperditions de chaleur se font en effet par le toit. Alors, comment isoler des combles perdus ? Des matériaux aux techniques, on vous dit tout. 

C’est quoi des combles perdus ?

Les combles désignent l’espace situé entre le toit et le dernier plancher de votre habitation. On distingue deux types de combles : les combles perdus et les combles aménageables. Pratiques comme espaces de stockage, les combles perdus ne remplissent pas les conditions nécessaires pour être aménagés et utilisés comme pièces de vie. Ils se caractérisent ainsi : 

  • Une hauteur de plafond de moins de 1 m 80
  • Un enchevêtrement des fermettes sous la charpente qui rend impossible tout type d’aménagement
  • Une pente de toit inférieure à 30°.

Si ces combles sont trop étroits pour offrir un espace de vie agréable, il ne faut en aucun cas en négliger l’isolation, car la majorité des déperditions de chaleur provient de cette zone de la maison. D’autant plus que l’isolation des combles perdus est facile à mettre en œuvre et permet de réaliser des économies d’énergie importantes tout au long de l’année.

Isolation des combles perdus : les deux techniques

Il existe deux techniques principales pour l’isolation des combles perdus.

L’isolation par soufflage mécanique

Idéale pour les combles difficilement accessibles ou étroits, cette technique consiste à souffler un isolant au niveau de la toiture à l’aide d’une machine à souffler. L’isolant se présente alors sous la forme de flocons. Il peut s’agir de laine minérale ou d’ouate de cellulose, des matériaux isolants vendus en vrac. Les flocons propulsés se répartissent jusqu’à former une couche homogène de l’épaisseur souhaitée.

Idéale pour calfeutrer l’ensemble des combles, cette méthode convient particulièrement aux charpentes en W. C’est également une technique de choix pour l’isolation des combles perdus sans plancher. 

Cette méthode utilisant de la laine de verre soufflée convient tout autant pour une toiture neuve ou ancienne. Peu onéreuse, elle offre une bonne isolation thermique et acoustique.

Quant à savoir quelle épaisseur est nécessaire pour l’isolation des combles perdus, on recommande en général, pour une isolation optimale, de souffler l’isolant sur plus de 320 mm d’épaisseur.

L'isolant ayant tendance à se tasser, l'opération peut-être renouvelée tous les dix ans environ

L’isolation des combles par déroulage

Cette technique s’adresse aux combles accessibles. L’isolation des combles perdus se fait dans ce cas au niveau du plancher. Des rouleaux de laine souple sont directement étalés au niveau du plancher. Cette méthode est la plus simple à mettre en œuvre si vos combles disposent d’un plancher en bois ou en béton. Pour une meilleure étanchéité à l’air, il est recommandé de placer un pare-vapeur sous la première couche.

Quels matériaux pour l’isolation des combles perdus ?

La laine de verre

Disponible en rouleaux, panneaux semi-rigides ou flocons, elle convient aussi bien pour une isolation par le plafond que par le plancher. Son point fort, c’est son rapport qualité/prix/performances. Seul bémol : elle contient des fibres irritantes pour la peau et les yeux, c’est pourquoi il est recommandé de porter un masque et des gants lors de l’application.

La laine de roche

Il s’agit d’un isolant minéral, à l’instar de la laine de verre. Idéale pour une toiture inclinée, elle permet aussi d’isoler le sol des combles. Issue de roches volcaniques, la laine de roche est disponible sous forme de panneaux, rouleaux ou flocons. Elle s’adapte donc aux différentes techniques d’isolation des combles perdus. Ses avantages ? Elle résiste bien à la chaleur et au feu comme la laine de verre. Pour utiliser ce type de matériau, votre toiture doit être parfaitement étanche, car les capacités isolantes de la laine de roche ne sont plus assurées si elle est mouillée.

La laine de chanvre

Cet isolant naturel offre une bonne isolation, tant au niveau thermique que phonique. Elle convient donc pour tous types de combles, perdus ou aménagés. Elle peut être employée pour une toiture inclinée, un plancher en bois, un mur… Réalisée à partir de fibres de plantes, elle résiste très bien à l’humidité. Elle est par contre inflammable : l’idéal est de l’associer à d’autres matériaux ignifuges. Idéal pour isoler le plancher, cet isolant écologique se présente sous la forme de panneaux ou de rouleaux. 

L’ouate de cellulose

Alternative écologique aux laines minérales, l’ouate de cellulose est un isolant fabriqué à partir de papiers et journaux recyclés. Ce matériau est traité au sel de bore pour augmenter son pouvoir isolant. Économique, elle convient pour un bâtiment neuf ou ancien et se présente également sous différentes formes.

Quel prix pour l’isolation des combles perdus ?

Le prix pour l’isolation des combles perdus dépend de plusieurs facteurs, dont le type d’isolant choisi et la surface à isoler. Si vous faites appel à un professionnel (dans le cas de la technique par soufflage, par exemple), il faut également compter la main d’œuvre. Voici quelques repères pour vous aider à estimer le prix des travaux de rénovation énergétique : 

  • laine de verre : entre 3 et 10 €/m² environ
  • laine de roche : entre 5 et 15 €/m² environ
  • laine de chanvre : entre 10 et 25 €/m² environ
  • fibres de lin : entre 15 et 25 €/m² environ.

Quel que soit le matériau choisi pour l’isolation des combles perdus, il doit posséder un indice de résistance thermique supérieur ou égal à 7 pour garantir l’efficacité de l’isolation, mais aussi vous donner droit à certaines aides financières. Ce serait bien le comble de s’en priver !