Image
Isolation des combles perdus par soufflage

Combles perdus et combles aménagés : quelle différence d’isolation ?

Selon qu’elles concernent des combles aménagés ou des combles perdus, les techniques d’isolation sont différentes. Savoir distinguer ces deux types de combles permet de choisir les meilleurs modes d’intervention et les meilleurs matériaux, lorsqu’il s’agit de rendre un logement moins énergivore. Comment faire la différence entre comble aménagé et comble perdu ? Comment les isoler dans les règles de l’art ? Nous vous indiquons tout ce qu’il faut prendre en compte avant de vous lancer dans l’isolation des combles. 
 

Comment identifier des combles perdus pour optimiser l’isolation ?

Comment identifier des combles perdus ?

Le terme combles perdus désigne un espace non aménageable sous la toiture, contrairement aux combles aménagés. Il peut s’agir de combles caractérisés par :

  • une charpente basse présentant une hauteur sous faîtage insuffisante (inférieure à 1,80 m) pour la création d’une surface habitable
  • une charpente à fermettes industrielles en W ou en A encombrant intégralement l’espace
  • une pente de toit inférieure à 30°.

Plusieurs techniques permettent d’isoler les combles visitables ou perdus. Parmi celles-ci, les solutions les plus répandues sont :

  • la pose d’un matelas isolant
  • l’isolation par soufflage mécanique de flocons isolants
  • l’isolation par flocage.

La configuration des combles détermine le choix de l’une ou l’autre de ces deux techniques. 

Comment isoler les combles perdus ?

Deux manières d’isoler les combles perdus : une des solutions privilégiées se fonde sur la pose d’isolant en rouleau. Le choix peut par exemple se porter sur une laine minérale ou végétale souple à poser sur toute la surface du plancher. Une installation en double couche permet d’éviter les ponts thermiques. La première couche est habituellement dotée d’un pare-vapeur sur sa face intérieure. Un isolant nu est utilisé pour la seconde couche. 

D’autres solutions tout aussi efficaces : 

  • soufflage mécanique de laine en flocons sur l’ensemble du plancher
  • flocage à base de produits fibreux après passage d’une primaire d’accroche.

Bon à savoir : pour atteindre une performance correcte et prétendre aux aides accordées en cas de rénovation énergétique des combles perdus, la résistance thermique (R) de l’isolation doit être supérieure ou égale à 7 m2. K/W. Les travaux doivent de surcroît être réalisés par un professionnel qualifié RGE. 
 

Combles aménagés ou aménageables : les distinguer pour mieux les isoler 

Les spécificités des combles aménagés

Les combles aménageables sont les surfaces situées sous le toit et au-dessus du dernier plafond, et qui peuvent être transformées en espace de vie. Pour être considéré comme tel, le comble aménagé doit respecter les trois critères suivants :

  • afficher une hauteur sous faîtage supérieure à 1,80 m
  • présenter une pente de toiture d’au moins 30 %
  • bénéficier d’une charpente traditionnelle.

Pour augmenter le confort thermique de la maison en général et des combles aménagés en particulier, plusieurs techniques d’isolation par l’extérieur ou par l’intérieur peuvent s’envisager également. 

Comment isoler les combles aménagés ?

Afin de réduire les ponts thermiques et éviter d’empiéter sur la surface habitable, il est possible d’isoler par l’extérieur les combles aménagés. Cette solution se conçoit généralement dans le cadre d’une construction neuve ou lors de travaux de rénovation, notamment à l’occasion de la réfection totale de la toiture. Ici l’isolant est posé entre la charpente et la couverture du toit.

Différente des techniques utilisées pour les combles perdus, l’isolation par l’intérieur des combles aménagés consiste à calfeutrer la toiture en installant un isolant en plaque ou en rouleau sous les rampants. Pour atteindre une haute performance, il est préférable d’opter pour une pose en double couche complétée par un pare-vapeur qui limite la condensation. Parmi les différents isolants disponibles pour ce type de travaux, la laine de roche et la laine de verre sont les matériaux les plus employés.

Le saviez-vous ? La différence entre laine de verre pour comble perdu et laine de verre pour comble aménageable se situe en premier lieu au niveau de son épaisseur. Conformément à la réglementation thermique, la laine de verre utilisée pour les combles perdus doit offrir une résistance thermique supérieure ou égale à 8 m2. K/W contre 7 m2. K/W pour les combles aménagés. Pour une laine de verre classique lambda 40, cela se traduit par une épaisseur de 32 cm pour l’isolation des combles aménagés et jusqu’à 45 cm pour les combles perdus

Ne négligez donc pas vos combles et pensez à leur faire enfiler une petite laine pour l’hiver ! C’est votre portefeuille qui sera comblé !
 

Haut de page