Image
L'isolant utilisé pour l'isolation des combles perdus

Quel est l’impact sur l’environnement d’une isolation écologique de vos combles perdus ?

« Quel est le comble du comble ? » Cette blague traditionnelle et inoffensive fait rire depuis des décennies des générations d’enfants. Mais si l’on pose cette question à la planète, la réponse est moins réjouissante. Elle vous dira sûrement que, pour elle, le comble du comble est de posséder un très bon système de chauffage et des combles mal isolés. Une situation qui n’est pas sans conséquence pour l’environnement. Pourtant, une isolation écologique des combles est possible. 

Les raisons d’opter pour une isolation écologique des combles ?

Formés d’une ossature destinée à supporter la toiture, les combles trônent au sommet d’un bâtiment. Ils offrent parfois de beaux volumes sous le toit et donnent la possibilité de créer une pièce supplémentaire. Ils sont aussi souvent un espace trop bas et trop encombré par la charpente pour pouvoir vraiment être exploité. 

Ces combles perdus composent un refuge de choix pour la chaleur produite par votre chaudière à gaz ou votre réseau de radiateurs électriques. L’air chaud, plus léger, a tendance à se nicher en hauteur, et donc sous les combles. Si ces derniers sont étanches et bien isolés, il reste là et contribue à faire monter la température de l’ensemble de l’habitation. Mais si l’isolation fait défaut, l’air y trouve une échappatoire et vous gaspillez de l’énergie.

Jusqu’à 30 % de l’énergie perdue s’envole par des combles mal ou non isolés. Cette chaleur émise contribue à accentuer l’effet de serre et le réchauffement de la Terre. Pour économiser les ressources en énergie de la planète, réduire la facture de chauffage et augmenter la performance énergétique d’une habitation, mieux vaut donc privilégier une isolation écologique des combles.

Des options multiples pour une isolation écologique des combles

Pour isoler cet espace et profiter pleinement de la chaleur produite par votre chauffage, les techniques et les matériaux sont multiples. La zone entre la charpente et le toit à proprement parler, la partie située sous la toiture ou encore le plancher des combles perdus peuvent accueillir un isolant. Et ce protecteur contre les fuites de chaleur peut très bien être un matériau respectueux de l’environnement. 

Le liège expansé, la laine de mouton, de coton ou de bois, le chanvre, la laine minérale (laine de verre), la ouate de cellulose ou encore le carton forment une gamme diverse aux propriétés écologiques intéressantes. Ces solutions d’isolation écologique des combles se présentent en vrac, en rouleaux, en granulés, sous forme de panneaux ou soufflés. Issues de matériaux naturels, elles possèdent des propriétés isolantes plutôt efficaces. 

Des aides pour une isolation écologique des combles

Le coût des travaux représente souvent un frein à l’amélioration de l’isolation des combles. Pourtant, il existe des aides à disposition : 

  • la TVA réduite à un taux de 5,5 % ;
  • MaPrimRénov’, un soutien de l’État ;
  • le programme « Habiter mieux » de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) ;
  • les primes proposées par les fournisseurs d’énergie.

Cet arsenal de dispositifs se destine à encourager les ménages, même ceux aux ressources plus modestes, à améliorer les performances énergétiques de leur logement. Chacun implique des conditions d’accès différentes.

En optimisant l’isolation écologique des combles, vous gagnez en confort et faites des économies. En plus, savez-vous « quel est le comble des combles bien isolés ? » Ils contribuent à rendre le sourire à la planète.

Haut de page