Image
Combles perdus isolés avec de la laine soufflée

Isoler ses combles en été : la meilleure solution ?

Est-il préférable d’isoler ses combles en été ? Assurément, oui ! À moins d’être confronté à une situation d’urgence, intervenir sur ou sous la toiture en hiver n’est pas recommandé. Qu’il s’agisse de combles aménageables ou de combles perdus, profiter des beaux jours (le printemps et l'automne sont de bonnes périodes également !) est un plus pour être sûr que les travaux d’isolation seront finis bien avant l’arrivée du froid. En matière d’économies d’énergie, on n’est jamais trop prévoyant ! 

Isoler ses combles aménageables en été, c’est mieux ?

Dans une maison, 30 % des déperditions de chaleur sont dues à une mauvaise isolation du toit. Pour faire des économies d’énergie, c’est donc vers le dernier étage que les efforts de rénovation doivent se porter en priorité. Prenons la direction des combles et faisons un rapide tour du propriétaire. Si l’espace présente une hauteur sous faîtage supérieure à 1,80 m avec une pente de toiture d’au moins 30 % et que la charpente n’envahit pas toute la surface, vous êtes l’heureux bénéficiaire de combles habitables. Isoler ses combles en été vous permet de lancer les travaux d’aménagement au plus vite et prévoir une installation dès l’automne. Afin de limiter les pertes de chaleur au maximum, il est préférable d’isoler les combles, en traitant à la fois les rampants sous toit et le plancher. Différents types d’isolants en plaques ou en rouleau peuvent atteindre une haute performance thermique. Il s’agit notamment de :

  • laines minérales (laine de verre et laine de roche)    
  • laines végétales (laine de chanvre et laine de lin) 
  • laine de mouton
  • polystyrène expansé (PSE)
  • polyuréthane…

En faisant appel à un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE), vous avez la certitude que vos travaux sont exécutés dans les règles de l’art et vous pouvez bénéficier de plusieurs aides financières pour boucler votre budget. 

L’isolation par l’extérieur de la toiture et des combles en été

Afin de limiter les pertes de chaleur, isoler ses combles en été semble être la meilleure solution. À plus forte raison si vous envisagez d’isoler votre toiture par l’extérieur. En effet, cette intervention implique de déposer la toiture pour installer l’isolant entre les chevrons et la couverture. Autant dire que les conditions climatiques sont plus déterminantes que jamais dans ce type chantier. En choisissant de lancer ces travaux de rénovation lourde durant les beaux jours, vous minimisez les risques de pluie et de forts vents. 

Trois techniques sont généralement utilisées :

  • la technique du « sarking » dont le principe s’appuie sur la pose entre la charpente et la toiture d’un isolant rigide enserré entre deux panneaux
  • la technique des caissons chevronnés consistant à intercaler des panneaux isolés dont la sous-face sert de plafond aux pièces aménagées sous les combles
  • la technique des panneaux sandwich entraînant l’installation de panneaux isolants emboîtables, servant de plafond pour les combles, et sur lesquels la couverture peut être posée directement. 

Pourquoi isoler ses combles perdus en été ? 

Pour que l’isolation des combles perdus soit irréprochable, l’isolant sélectionné doit être mis en place dans un environnement sec (en milieu humide, l’efficacité de l’isolant diminue) et sans courants d’air. Afin de respecter ces deux précautions, mieux vaut privilégier l’isolation des combles perdus en été

Pour éviter les ponts thermiques et réaliser de substantielles économies d’énergie, l’isolant est installé en double couche. La solution consiste dans un premier temps à étendre une membrane d’étanchéité sur le plancher du comble. Une deuxième couche d’isolant nu vient compléter le dispositif. 

Lorsque les combles perdus sont difficiles d’accès, l’isolation peut être effectuée par soufflage mécanique de flocons d’isolant sur l’ensemble du plancher. Les isolants les plus utilisés dans ce cas sont les suivants :

  • flocons de laine de roche
  • flocons laine de verre 
  • flocons de ouate de cellulose.

Quelle que soit l’option retenue, sachez que pour limiter les pertes de chaleur efficacement dans les combles perdus, la résistance thermique (R) de l’isolant doit être supérieure ou égale à 7 m2. K/W.

Pour être éligibles aux aides accordées en cas de rénovation énergétique des combles perdus, les travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

N’abandonnez donc pas vos combles perdus et pensez, même durant les beaux jours, à leur faire porter une petite laine !