Image
Des granulés de bois et des bûches de bois

Choisir entre un poêle à bois et un poêle à granulés

Dans le domaine du chauffage des maisons individuelles, une lutte acharnée se joue entre le poêle à bois et le poêle à granulés. La compétition est serrée entre ces deux systèmes fonctionnant avec un combustible respectueux de l’environnement. Et les deux compétiteurs sont chacun soutenus par une équipe grandissante d’usagers satisfaits. Et vous, êtes-vous plutôt « team poêle à bois » ou « team poêle à granulés » ? Nous vous donnons des clés pour mieux choisir votre camp.

La technologie entourant les poêles à bois et à granulés

Soyons clair dès le départ, les poêles à bois et les poêles à granulés fonctionnent grâce au même type de combustible et entrent dans la catégorie des chauffages au bois. Tous deux diffusent une chaleur douce. Ce que nous appelons communément « poêle à bois » désigne l’appareil qui marche avec des bûches traditionnelles. Le poêle à granulés fait appel à des « pellets », de petits bâtonnets formés d’une compression de copeaux de bois et de sciure. Globalement, les deux types d’appareils tournent selon un schéma similaire. Le combustible brûle dans un foyer produisant de la chaleur, qui est ensuite diffusée dans les différentes pièces de la maison. Un conduit d’évacuation amène les fumées vers l’extérieur. 

En maison individuelle, l’installation d’un poêle à bois ou à granulés se révèle facile. Surtout si votre logement dispose déjà d’un conduit de fumées. Vérifiez avant tout qu’il est fonctionnel.

Vous rêvez d’un poêle à bûches ou à pellets dans votre appartement ? Rien ne vous en empêche si votre syndic de copropriété est d’accord et qu’il existe un moyen d’évacuer efficacement la fumée. Avant de vous faire livrer votre nouveau poêle dans votre appartement au 4e étage, vérifiez que vous disposez d’un espace de stockage conséquent, à l’abri et au sec pour vos bûches. Les mêmes contraintes s’appliquent pour les granulés de bois, mais l’espace requis est moindre.

En général, le poêle à bois à bûches ou à granulés fait office de chauffage d’appoint. Cet article se concentre sur ce type de chauffage. Celui-ci s’installe dans les intérieurs en complément d’un autre système (chaudière à gaz ou électrique). Si vous souhaitez vous chauffer essentiellement au bois, c’est aussi possible. Vous devez pour cela vous équiper d’un poêle à bois bouilleur (appelé aussi « hydro »).
 

La diffusion de la chaleur avec un poêle à bois

Les poêles à bois et à granulés diffèrent sur bien des aspects, dont la technologie utilisée pour diffuser la chaleur produite. Pour le poêle à bûches, il s’agit de rayonnement. Ce qui signifie qu’il transmet la chaleur à l’air ambiant et aux objets proches qui, à leur tour, la transmettent autour d’eux. Vous avez déjà sûrement remarqué ce phénomène. Plus vous vous approchez d’un feu et plus vous ressentez la chaleur produite. Plus vous vous éloignez de celui-ci et plus vous risquez de claquer des dents. Les matériaux qui composent l’habillage du poêle à bois (fonte, faïence, vitre en verre…) contribuent à distribuer la chaleur de façon douce. Cette technique de diffusion est tout à fait naturelle et, en fonction de la taille du poêle et de la configuration du logement, d’autres pièces peuvent être chauffées. 

Pour le poêle à granulés, en revanche, pas question que la chaleur se promène comme bon lui semble. Un système de ventilation la distribue dans toute la pièce où l’appareil a été installé, voire au-delà. L’avantage ? Une température agréable, plus homogène et une surface chauffée beaucoup plus importante. Si le poêle se trouve dans un salon avec une salle à manger attenante, les deux espaces bénéficient de sa chaleur et celle-ci pourrait aussi atteindre la cuisine américaine à proximité. Pour arriver à ce résultat, le poêle à granulés possède un petit secret. Un branchement électrique qui permet de faire fonctionner la ventilation. 

Chaleur ventilée ou rayonnée, les poêles à bois ou à granulés amènent à considérer avec soin le lieu où installer le chauffage pour une diffusion efficace de la chaleur. Une pièce centrale semble un choix judicieux. Si votre logement possède déjà un conduit d’évacuation, celui-ci va en quelque sorte dicter l’implantation du nouveau chauffage. 

L’avantage technologique du poêle à granulés

Le branchement électrique du poêle à granulés lui donne une supériorité indéniable sur son cousin à bûches. Il dispose d’un panneau de contrôle électronique pour régler la température et, qui plus est, vous pouvez programmer l’appareil selon vos envies, au jour le jour ou pour toute la semaine. Cela signifie qu’après une journée à l’extérieur, vous avez le plaisir de retrouver un chez-vous à la bonne température dès votre arrivée. Certains modèles vous proposent même de faire vos réglages et programmations par le biais de votre smartphone. 

Un poêle à granulés peut se mettre en marche en toute autonomie par le biais d’une bougie d’allumage, un petit dispositif qui facilite la vie. Une pression sur un bouton et l’ensemble de l’appareil entre en branle : extraction des fumées, ajout des pellets, ignition du foyer… Autre avantage non négligeable pour ce type de chauffage : son autonomie de fonctionnement. Une réserve de granulés se trouve au cœur de l’engin et lui permet de produire de la chaleur pendant plus de 24 heures, voire jusqu’à trois jours selon les modèles. Ce réservoir automatique amène la quantité de pellets suffisante vers le foyer en fonction des réglages choisis. Oubliée donc la corvée de bûches ! 
 

Le poêle à bûches, un champion de la fiabilité dans le match poêle à bois ou à granulés

Les fans purs et durs de la « team poêle à bois » n’en démordent pas. Leur champion est d’une fiabilité exceptionnelle. Sans une once d’électronique, le poêle à bûches fonctionne même en cas de panne d’électricité

Autre point positif pour ce mode de chauffage, comme pour le poêle à granulés, il fait très vite monter la température de la pièce. On aime donc l’utiliser de façon ponctuelle, pour des moments courts, comme une soirée d’hiver. Mais entretenir la flamme demande un effort constant. Les bûches tendent à se consumer rapidement et la corvée de bûches guette. Il faut penser à alimenter le foyer toutes les deux à quatre heures. Prévoyez un mini stock de bois à côté de l’appareil, en plus du stock plus conséquent dans un garage ou une cave, au sec. Plus compacts, [les pellets, lien vers l’article « Comment sont fabriqués les pellets de bois et leur composition ? »] demandent moins de place, mais requièrent tout de même un lieu dédié au stockage.

Le poêle à bois marque des points sur le plan esthétique. La combustion des bûches génère de belles flammes et crée un environnement chaleureux. Au spectacle du feu, s’ajoute le crépitement du bois qui brûle. Mais que les fans du poêle à granulés se rassurent, les fabricants désireux de recréer la magie du feu de bois authentique tendent à produire des appareils qui produisent aussi de belles flammes.
 

Image
Des bûches coupées et des granulés de bois

Les avantages économiques du poêle à bois et du poêle à granulés

Les poêles à bois ou à granulés font appel à une énergie renouvelable qui produit peu de gaz à effet de serre et moins de CO2 que les énergies fossiles. Mais entre la combustion de la bûche de bois traditionnelle et celle du granulé, une différence de rendement existe. Le pellet contient moins d’humidité que le bois brut, même si celui-ci est bien sec. De ce fait, il dispose d’une plus grande capacité à fournir de la chaleur et se révèle donc plus rentable. 

La norme RT2012 exige qu’un poêle à bois ait un rendement d’au moins 70 %. Que vous choisissiez les bûches ou les granulés comme combustible, vous êtes déjà assuré d’obtenir une production de chaleur satisfaisante. Le poêle à bois se situe dans une fourchette de 70 à 80 % d’efficacité. Son cousin à granulés se comporte en général beaucoup mieux avec un rendement entre 85 et 95 %.

Les performances et avantages du poêle à granulés ont un prix. Un appareil coûte entre 2000 et 6000 €. À cela, s’ajoute l’achat des pellets, un combustible tout de même bon marché par rapport à d’autres sources d’énergie, un entretien régulier et la visite obligatoire d’un technicien tous les ans. Le poêle à bûches, de son côté, s’il se révèle un peu moins cher à l’achat (entre 500 et 3000 €) demande un ramonage du conduit des fumées deux fois par an. Les bûches ne coûtent pas cher, mais impliquent une certaine logistique pour leur transport, leur livraison et leur entreposage. Il faut d’ailleurs noter que l’utilisation du bois se révèle un peu plus salissante que celle des pellets.

Après avoir découvert dans les grandes lignes les différences entre les poêles à bois ou à granulés, avez-vous choisi votre camp ? Si l’idée de faire un choix vous déchire déjà le cœur, sachez que vous pouvez opter pour un poêle mixte qui combine les deux énergies et les avantages des deux systèmes. Un poêle qui sait, en somme, faire feu de tout bois.
 

Haut de page