Image
Une poignée de granulés de bois

Calculer la consommation d’un poêle à granulés

Plus d'un million de foyers utilisent un poêle à granulés pour chauffer leur logement. Le granulé de bois (ou pellet) est essentiellement composé de sciure de bois et de copeaux issus de la sylviculture, revalorisés sous la forme de bâtonnets cylindriques de combustible compacté. Il offre une réponse pertinente en matière de diversification énergétique, tout en représentant une source d’énergie renouvelable intéressante. La consommation d’un poêle à granulés dépend entre autres du type d’appareil utilisé, de la qualité du granulé ou encore de vos habitudes de vie.

Comment fonctionne un poêle à granulés ?

Le fonctionnement d’un poêle à granulés est relativement simple : une vis sans fin permet l’acheminement progressif des granulés vers une chambre à combustion. Une résistance électrique allume le feu, alors qu’un ventilateur se charge d’apporter l’oxygène nécessaire et d’homogénéiser la diffusion de l’air chaud.
Il existe plusieurs types de poêles à granulés ayant chacun leurs avantages.

Voici les quatre principaux :

  • Le poêle à granulés à convection, particulièrement adapté aux surfaces réduites. Il est silencieux et simple d’entretien, mais vous ne pourrez toutefois pas répandre la chaleur dans plusieurs pièces.
  • Le poêle à granulés à soufflerie est quant à lui doté d’un petit ventilateur : il permet de répandre l’air chaud de manière homogène à travers la pièce.
  • Le poêle à granulés canalisable utilise également une ventilation pour diffuser la chaleur à travers un conduit spécifique. Pour un achat neuf : il faut veiller à ce que la puissance du poêle soit adaptée à la dimension du réseau de canalisation. Ce type de poêle à granulés s’avère souvent un peu bruyant, il convient de vérifier le niveau sonore du ou des ventilateurs avant achat. Le poêle à granulés canalisable se révèle particulièrement efficace pour les logements sur plusieurs étages.
  • Le poêle de masse, souvent en pierre, brique ou béton, permet d’obtenir un rendement optimal pouvant atteindre 90 % : les matériaux qui le constituent stockent une grande partie de l’énergie pour la diffuser de manière lente et régulière.  

Quelle est la consommation d’un poêle à granulés ?

De nombreux facteurs sont à prendre en compte pour calculer la consommation de votre poêle à granulés. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • Votre situation géographique (habitez-vous une région chaude ou plutôt froide ?)
  • L’isolation de votre logement et sa taille.
  • Vos habitudes de vie (êtes-vous souvent chez vous ? Quelle est votre température de confort ?)

Consommation en pellets d’un poêle à granulés

En moyenne, la consommation d’un poêle à granulés se situe autour de deux sacs de 15 kg par semaine. Durant les hivers rigoureux, il sera souvent nécessaire d’alimenter le poêle à raison d’un sac par jour. Sur l’année, la consommation de votre poêle à granulés peut ainsi s’élever à environ 1,5 tonne de pellets.

Pouvoir calorifique du granulé de bois

Le pouvoir calorifique du pellet se situe autour de 5 kWh/kg, suivant la qualité du granulé. Concrètement, on estime qu’en moyenne 2 kg de granulés équivalent à 1 L de mazout. Les poêles à granulés modernes affichent un très bon rendement : une tonne de pellets peut produire autant d’énergie que 500 litres de fioul ou 400 kg de propane.

Consommation électrique d’un poêle à granulés

Les poêles à granulés ont généralement besoin d’électricité pour fonctionner, actionner leurs mécanismes et allumer le foyer. Cette consommation électrique est relativement faible, mais non négligeable : on l’estime à moins de 1 kW par jour en moyenne. La consommation électrique d’un poêle à granulés équivaut à celle d’une ampoule de 40 watts allumée toute l’année.

Comment réduire la consommation d’un poêle à granulés ?

La consommation de votre poêle à granulés dépend donc de nombreux facteurs, allant de votre lieu de résidence à votre mode de vie, en passant par le niveau d’isolation de votre logement ou la qualité de votre installation. 

Voici quelques conseils pour garder le contrôle sur la consommation de votre poêle à granulés et ainsi diminuer votre facture de chauffage : 

Programmez le thermostat de votre poêle à granulés

L’idée étant de mieux profiter de la chaleur quand vous occupez les lieux, et de diminuer la consommation en votre absence. Le thermostat permet d’éviter de chauffer votre habitation en continu tout au long de la journée, et dégagerait ainsi 20 % d’économies d’énergie selon l’ADEME (l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). 

Essayez de réduire votre température de confort

À l’intérieur, on recommande en général une température moyenne de 19 °C réduite à 16 °C en votre absence. Au-delà de 21 °C, vous augmentez grandement la consommation de votre poêle à granulés.

Une température raisonnable est également bénéfique sur le plan sanitaire : au-delà de 20 °C, le développement des germes et pathogènes est plus important. Vos muqueuses sont fragilisées sous l’effet de l’assèchement de l’air. Enfin, cette « surchauffe » peut favoriser la dilatation des vaisseaux sanguins (jambes lourdes, varices).

Veillez à utiliser des pellets de qualité

L’utilisation de pellets de piètre composition induit une combustion moins efficace et une plus grande production de cendres. Pour vous garantir une qualité de combustion optimale, et ainsi réduire la consommation de votre poêle à granulés, vous pouvez vous fier aux labels Din Plus, En Plus A1 ou NF Haute performance.

Entretenez votre installation régulièrement

Quelle que soit la qualité de vos pellets, l’entretien régulier de votre poêle est indispensable (aspirer les cendres de la chambre de combustion, nettoyer la vitre…), et un ramonage du conduit d’évacuation doit être réalisé une fois par an.   

Quel coût pour un poêle à granulés et quelles aides financières disponibles ?

Le prix d’un poêle à granulés, installation comprise, est de l’ordre de 3 000 à 5 000 euros. Dans cette gamme de prix, vous disposez de quoi chauffer convenablement une bonne surface, ou d’un chauffage d’appoint efficace et économique. Avec un budget plus conséquent, vous pouvez opter pour un poêle de masse : un système plus performant qui diffuse plus régulièrement la chaleur, et permet de chauffer de plus grandes surfaces. Comptez 5 000 € à 15 000 € pour ce type d’installation.

Pour réaliser un bon investissement, sachez qu’il existe un marqueur pour vous guider dans l’achat de votre poêle à granulés : le label Flamme verte garantit un rendement supérieur à 80 %. Le rendement énergétique mesure l’efficacité réelle d’un poêle, autrement dit, combien il va restituer d’énergie par rapport à celle qui lui est rapportée sous la forme de granulés combustibles. Au-delà de 90 % de rendement, la consommation de votre poêle à granulés est optimale.

Conformément aux directives de la loi POPE, l’État encourage l’installation de poêles à granulés, et des subventions sont accordées sous conditions pour diminuer les coûts d’acquisition et de mise en place de votre poêle à granulés. 

Un taux de TVA réduit de 5,5 % est appliqué, tant pour l’achat de votre poêle à granulés, que sur le coût de son installation. Le combustible lui-même est soumis à un taux de 10 %.

En conclusion

Bénéficiant d’aides à l’installation et adaptable à de nombreuses configurations : le poêle à granulés se révèle une solution pertinente tant sur le plan économique que sur le plan écologique. La France ayant une industrie sylvicole importante, l’essentiel de la production de granulés se fait localement : le pays reste autosuffisant en pellets malgré un taux d’équipement des ménages qui ne cesse de progresser.

Vous pouvez profiter d’aides intéressantes pour l’acquisition d’un poêle à granulés moderne et efficace, qui apportera une touche d’authenticité à votre intérieur. En effet, avec son design moderne, généralement pourvu d’une vitre à travers laquelle contempler le foyer et les crépitements du feu, cet appareil vous procurera les joies et les avantages d’une cheminée, sans les inconvénients des bûches de bois.