Image
L'isolation des combles perdus par un technicien

Tout savoir sur l’isolation des combles et les subventions possibles

Environ 30 % des déperditions de chaleur se font au niveau de la toiture. Pour améliorer les performances énergétiques de votre maison et retrouver un certain confort, l’isolation des combles est donc indispensable. Comment isoler des combles ? Quelles techniques employer pour isoler des combles perdus ? Quelles solutions pour des combles aménagés ? Découvrez les grands principes qui vont vous permettre de faire votre choix ainsi que les primes et crédits d’impôt qui vous aideront financièrement lors de vos travaux. 

Pourquoi isoler les combles ?

Pour pouvoir baisser le chauffage d’un cran au cœur de l’hiver et ne pas étouffer sous les toits lors des fortes chaleurs estivales, pensez à l’isolation de vos combles. La majorité des déperditions de chaleur ont lieu au niveau du plafond et du toit. Or, les combles représentent le dernier espace entre la toiture et le bâtiment, et dans une habitation, la chaleur monte. C’est pourquoi il est essentiel d’isoler les combles. Toute action qui permet de réduire les ponts thermiques se fait ainsi ressentir sur la facture énergétique. Votre confort de vie est lui aussi amélioré, été comme hiver. En hiver, la chaleur reste stockée à l’intérieur au lieu de s’échapper au niveau des espaces dans la toiture. En été, une bonne isolation empêche la chaleur d’entrer. La pièce garde une certaine fraîcheur, et ce, tout au long de la journée. 

Ces économies de gaz et de chauffage sont bénéfiques pour votre portefeuille. En réalisant ces travaux d’amélioration énergétique, vous faites également une fleur à l’environnement, puisque vous réduisez vos émissions de gaz à effet de serre.

Quelle isolation pour quel type de combles ?


S'il existe un grand nombre de techniques pour isoler ses combles, il convient d’abord de savoir quel type de combles l’on souhaite isoler avant de faire son choix.

Les combles perdus

Les combles perdus sont, comme leur nom l’indique, des combles qui ne sont pas destinés à être utilisés comme pièce de vie. Ils sont aussi appelés combles non aménageables ou combles visitables. Comme une sorte de grenier, ils peuvent tout de même servir à entreposer des affaires.


C’est souvent pour une raison d’espace que ces combles ne peuvent pas être aménagés, lorsque la hauteur sous le plafond n’est pas suffisante pour permettre à un adulte de s’y déplacer facilement. C’est le cas si le plafond se trouve à moins de 1 m 80 par exemple. De même, si la charpente est mal disposée ou si la pente du toit est inférieure à 30°, vous ne pourrez pas aménager vos combles. 

Les combles aménageables

Les combles aménageables sont, comme leur nom l’indique, une véritable pièce de vie. On les appelle aussi combles accessibles ou combles habitables. Ce type de combles possède une hauteur sous plafond supérieure à 1 m 80, une pente de toit supérieure à 30° et une charpente en configuration retroussée. Ce nid perché peut par exemple servir de chambre, de salle de jeux, de bureau ou même de salle de bain. L’isolation des combles offre également un confort au niveau acoustique, bien pratique pour pouvoir travailler sans entendre votre adolescent s’initier à la batterie.

Comment isoler des combles perdus ?

Les deux techniques les plus fréquemment employées pour isoler des combles perdus sont le soufflage et la laine déroulée. 

L’isolation des combles par soufflage

L’isolation des combles par soufflage est à la fois rapide et économique. Il est possible de traiter tous les ponts thermiques au niveau du toit en trois heures à peine. Il s’agit la plupart du temps de laine de verre soufflée, présente sous la forme de flocons. L’isolant est soufflé au niveau de la toiture à l’aide d’une machine à souffler, en couches homogènes, jusqu’à obtenir l’épaisseur souhaitée. 

L’isolation par laine déroulée

Dans ce cas, le matériau isolant est tout simplement directement posé au sol.

Isolation des combles perdus : le choix des matériaux

Il existe un grand choix de matériaux pour l’isolation des combles, mais certains sont plus fréquemment utilisés. Voici quelques-uns des différents types de produits appréciés par les Français : 

  • La laine de verre : idéale pour l’isolation d’une toiture inclinée, elle se coupe très facilement. Offrant un excellent rapport qualité/prix/performances, elle fait partie des matériaux plébiscités par les Français pour l’isolation des combles.
  • La laine de roche : à l’instar de la laine de verre, elle est idéale pour l’isolation par soufflage mécanique. Incombustible, ce matériau provenant de roches volcaniques offre une isolation thermique et acoustique légèrement supérieure à la laine de verre.
  • La laine de chanvre : vous vous demandez comment isoler un plafond en respectant l’environnement ? Alors, optez pour la laine de chanvre. Cet isolant naturel est réalisé à partir de fibres de plantes. Il peut être utilisé pour isoler une toiture inclinée, mais il convient également pour un plancher en bois, un plafond, un mur ou une façade.
  • La ouate de cellulose : économique, écologique et durable, elle cumule les atouts. Elle est fréquemment employée par les professionnels qui ont recours au soufflage mécanique.

Comment isoler des combles aménagés ?

Deux techniques principales permettent d’isoler des combles aménagés : l’isolation par l’intérieur et par l’extérieur. Chacune possède ses avantages et ses inconvénients : 

L’isolation des combles aménagés par l’intérieur

Cette technique consiste à poser un isolant sous les rampants de la toiture en l’agrafant. Cet isolant se présente sous la forme de rouleau ou de plaque. Il est ensuite conseillé de le recouvrir d’un pare-vapeur pour limiter les risques de condensation. Cette technique implique de retirer les revêtements (sol et murs) durant l’entièreté des travaux. Conséquence : votre pièce est inhabitable pendant la totalité du chantier. Attendez-vous alors à devoir passer l’aspirateur tous les soirs, car cette technique génère des quantités importantes de poussière. L’isolant fixé au niveau de la toiture engendre aussi une perte de surface habitable. Une fois les travaux d’isolation sont terminés, il vous faudra refaire l’électricité, la plomberie et la décoration. 

L’isolation des combles aménagés par l’extérieur

L’isolation des combles par l’extérieur serait-elle alors la solution miracle pour vous éviter ces désagréments ? Aussi appelée sarking, cette technique consiste, comme son nom l’indique, à poser les isolants à l’extérieur, directement sous les tuiles du toit. Ici, pas de perte de mètres carrés habitables. Durant les travaux, la pièce est tout à fait habitable et il n’est pas nécessaire d’enlever les revêtements. Séduisant, ce procédé ne peut toutefois être employé que dans le cadre d’une nouvelle construction ou de travaux de rénovation de toiture. Cette méthode offre également un meilleur rendu esthétique. Seul bémol : elle est plus onéreuse et plus complexe à mettre œuvre. Elle nécessite donc de faire appel à des professionnels qualifiés.

Les crédits d’impôt pour l’isolation des combles

Tous les propriétaires qui décident d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique par isolation des combles peuvent bénéficier d’aides financières : 

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)
  • L’écoprêt à taux zéro : ce prêt concerne les propriétaires d’un logement ancien dont la construction a été terminée avant 1990. Pour l’obtenir, vous devrez entreprendre d’autres travaux de rénovation énergétique du logement (murs, vitres…).
  • Les subventions régionales ou celles de l’Anah (agence nationale de l’habitat) : ces aides concernent les propriétaires qui occupent leur logement depuis au moins 15 ans. Elles sont exclusivement réservées aux ménages à revenus modestes.
  • Le taux réduit de TVA à 5,5 % sur les matériaux et l’équipement : les travaux doivent être entrepris par une entreprise du bâtiment. Ce taux réduit est valable tant pour une résidence principale que pour une résidence secondaire.
  • Les Certificats d’Economie d’Energie (CEE).

Pour bénéficier de ces aides, il est indispensable que les travaux d’isolation respectent certaines conditions. Le choix de l’isolant, notamment, est primordial. Les matériaux isolants se distinguent par leur prix, mais aussi par leur résistance thermique. Plus elle est importante, plus vous bénéficiez d’un confort de vie optimal, et d’aides financières spécifiques. Seuls les matériaux dont la résistance thermique est supérieure ou égale à 7 m² K/w permettent de bénéficier des aides à la transition énergétique. Si vous choisissez d’isoler votre toiture par l’extérieur, la résistance thermique doit être égale ou supérieure à 6 m² K/w pour bénéficier du crédit d’impôt.

Pour vos travaux d’isolation des combles, il est fortement recommandé de faire appel à des spécialistes, pour garantir leur efficacité, mais aussi bénéficier des aides. Ces professionnels qualifiés reconnus garants de l’environnement (RGE) vous accompagnent de A à Z, du choix des matériaux à leur pose. Ils vous aident également à déterminer le crédit d’impôt pour l’isolation des combles auquel vous pourriez prétendre. C’est sûr qu’avec des professionnels comme ça, vous allez être comblés !