Image
Les avantages écologiques de choisir de l'électricité verte

Les avantages écologiques des énergies vertes

Issues de ressources renouvelables, les énergies vertes visent à produire de l’électricité en réduisant notre impact sur l’environnement. Si elles ont longtemps été un rêve écologique difficile à mettre en place, elles sont aujourd’hui une réalité tangible. Mais ces énergies sont-elles vraiment neutres pour l’environnement ? Tour d’horizon des avantages et les limites des différentes sources d’énergies renouvelables utilisées en France à l’heure actuelle.

Qu’est-ce qu’une énergie verte ?

Une énergie verte est une énergie produite à partir d’une source renouvelable. Elle a généralement un impact environnemental moins élevé qu’une énergie fossile. En France, la part des énergies renouvelables dans la production électrique totale reste en dessous des 20 %, mais différentes politiques engagées devraient nous permettre de bientôt revoir ce chiffre à la hausse.

État des lieux de la production électrique en France

Avec le chiffre impressionnant d’environ 70,6 % de la production électrique, le nucléaire est notre grand gagnant ! Il est, incontestablement et depuis de nombreuses années, la star des sources d’électricité en France. Les énergies renouvelables ont, en 2019, participé à la couverture de consommation en électricité à hauteur d’environ 23%.

En quoi les énergies vertes représentent-elles des alternatives aux énergies fossiles ?

On classe les sources d’énergie en deux catégories selon le type de ressources dont elles sont issues :

  • Les ressources fossiles, comme le charbon, le pétrole ou le gaz naturel, sont des ressources naturelles dont la quantité est limitée. Même si de nouveaux gisements sont régulièrement découverts, il arrivera un jour où les stocks seront épuisés. 
  • A contrario, les ressources renouvelables ne « s’usent » pas et peuvent donc être utilisées à volonté. Il s’agit de la force du vent, de l’eau, du soleil ou même de la biomasse. Ces sources sont qualifiées de durables, car leur exploitation est plus respectueuse de l’environnement sur le long terme.

L’impact des énergies renouvelables sur l’environnement

Mesurer l’impact des énergies renouvelables sur l’environnement n’est pas une mince affaire. En effet, les critères à considérer sont multiples et peuvent même varier selon l’angle étudié. Pour prendre un exemple, si les sites de production utilisant la biomasse ont un impact assez faible sur l’environnement, il n’en est pas de même de leur première source d’énergie, le bois. Son exploitation peut avoir des conséquences importantes sur la santé des forêts, voire sur la déforestation de certaines zones en danger, comme l’Amazonie.

Les principaux critères pour étudier l’impact des énergies vertes sur la nature sont donc les matières premières utilisées, les fournisseurs, les besoins en transport, la fabrication ou encore la possibilité de recyclage des déchets créés. À l’heure actuelle, aucune technologie n’est parfaite sur tous les plans, mais l’hydraulique et la biomasse semblent mieux tirer leur épingle du jeu. Même si les coûts d’investissement restent haut, ce qui fait monter le prix de l’électricité, elles offrent un rendement durable et permettent de profiter d’une source d’énergie stable en toutes saisons.

Qu’est-ce qu’un certificat d’énergie renouvelable ?

Aussi nommé certificat d’électricité verte, le certificat d’énergie renouvelable est une preuve que l’énergie que vous achetez est issue d’une source renouvelable, comme l’éolien, le solaire ou l’hydraulique. En pratique, il n’y a qu’un seul réseau d’électricité, auquel toutes les habitations de France sont reliées. Ce réseau est alimenté à la fois par des centrales vertes et par des centrales thermiques traditionnelles, qui fabriquent de l’énergie avec des ressources fossiles comme le charbon ou le pétrole.
      
Alors, comment être sûr que l’énergie que vous achetez est bien verte ? C’est une question délicate. Comme il est difficile de distinguer l’électricité traditionnelle de l’électricité verte (les kilowattheures étant tous identiques…), les fournisseurs d’énergie recourent au système des certificats d’électricité verte. Quand un producteur crée un mégawattheure d’électricité verte, un organisme indépendant agréé lui accorde un certificat, dûment numéroté et enregistré. Ainsi, les distributeurs d’énergie ne se retrouvent qu’avec une certaine quantité de certificats, qu’ils vendent aux clients finaux qui désirent s’assurer que leur consommation d’énergie est respectueuse de l’environnement à 100 %. 

Le double intérêt des certificats d’électricité verte

En plus de garantir la source d’une partie de l’électricité produite en France, les certificats d’énergie renouvelable ont également pour fonction de fournir une source de revenus supplémentaires aux producteurs qui travaillent pour une énergie plus propre. Ceux-ci peuvent donc développer leurs activités afin que la part des énergies renouvelables soit plus importante à l’avenir.

Quels sont les atouts des énergies vertes solaires et éoliennes ? 

Le solaire : une énergie à portée des particuliers

L’énergie solaire est une électricité verte naturellement inépuisable et non polluante. Elle ne dégage pas d’effet de serre, sauf au moment de la fabrication des panneaux photovoltaïques, qui sont généralement rentables au bout de 3 à 4 ans. Il s’agit également d’une ressource silencieuse et passive. 

Le principal atout du solaire est qu’il s’agit d’une énergie accessible aux particuliers. Il vous suffit d’un panneau solaire pour commencer à produire votre propre électricité, qui sera reversée dans le réseau commun. Les installations autonomes (où vous ne consommez que ce que vous produisez) sont peu à peu abandonnées, car elles obligent les personnes à vivre sans électricité en cas de manque d’ensoleillement prolongé.

D’un autre côté, le principal obstacle au développement du solaire est son coût relativement élevé. Les panneaux solaires restent assez chers à l’achat, malgré des aides financées par le gouvernement. 

L’éolien : une énergie propre

L’énergie éolienne est assez controversée. Du côté des avantages, les professionnels lui reconnaissent un excellent rendement (notamment en hiver, lorsque la demande énergétique est au plus haut) ainsi qu’un fonctionnement remarquablement propre. Cette énergie verte ne produit pas de gaz à effet de serre ni de déchet, elle ne dégrade pas le sol qu’elle occupe et permet même de valoriser des espaces jusqu’alors inexploités. 

Cependant, l’éolien est souvent mis en cause pour ses défauts esthétiques et sa tendance à abîmer des paysages naturels. De plus, son fonctionnement bruyant peut gêner les personnes qui résident à proximité. Enfin, il s’agit d’une énergie intermittente. Aucune électricité ne peut être produite s’il n’y a pas de vent.

Image
Comment fabrique-t-on l'énergie verte ?

Quels sont les atouts des énergies vertes hydrauliques et de la biomasse ?

L’hydraulique : la mieux connue des énergies renouvelables

Contrairement aux énergies éolienne et solaire, l’hydraulique a l’avantage de produire du courant en continu, quelles que soient les conditions météo. Les barrages peuvent être installés sur tous les territoires, en plaine comme en montagne, et tirent parti du courant, des chutes d’eau, des vagues ou même des marées. Sachez qu’il n’y a qu’une seule usine marémotrice en France : elle est située dans l’estuaire de la Rance, dans le nord-est de la Bretagne.

Connue depuis le Moyen-âge, où on l’utilisait sous forme de moulin à eau, l’énergie hydraulique est une énergie verte parfaitement maîtrisée. Elle offre des rendements très intéressants et sa mise en œuvre est l’une des plus sûres. De plus, il s’agit d’une production « à la demande », que l’on peut facilement moduler en fonction des besoins.

En contrepartie, l’hydraulique nécessite des investissements lourds, que ce soit au moment de la création des barrages ou pour leur entretien. Les impacts environnementaux ne sont pas neutres, et la retenue d’eau peut avoir des conséquences sur certaines espèces de poissons ou d’oiseaux.

La biomasse : une énergie à suivre pour les années à venir ?

La biomasse, c’est la petite nouvelle des énergies renouvelables. Fabriquée à partir de déchets, elle a le double avantage de constituer une filière de recyclage de matières non utilisées en même temps que de fournir de l’électricité et du gaz vert. Elle utilise majoritairement des déchets de bois, des résidus agricoles, des déchets alimentaires venus des foyers et même du fumier ou du lisier… Des matériaux disponibles partout, en toutes saisons, et peu chers.

Le principal reproche que l’on puisse faire à la biomasse concerne l’origine et la traçabilité des matériaux employés. L’exploitation des forêts et du bois doit être contrôlée avec soin, afin d’éviter tout abus. Cette source d’énergie a aussi la mauvaise réputation de produire une grande quantité de CO2, et donc de s’avérer plus polluante, à terme, que les autres énergies vertes. Elle reste toutefois bien meilleure que les énergies fossiles.

Le gouvernement s’y était engagé, la France devait atteindre 20 % d’énergies renouvelables dans sa consommation d’électricité en 2020. Malheureusement, les chiffres ne sont pas brillants, et notre beau pays stagne un peu en dessous des 17 %. Gageons que nous ferons mieux pour l’horizon 2030, où il faudra, cette fois-ci, atteindre les 30 % d’énergies renouvelables. N’oublions pas que si le vert est la couleur de la nature, c’est aussi celle de l’espoir !