Image
copeaux énergie biomasse

Qu’est-ce que l’énergie biomasse ?

Savez-vous ce qu’est l’énergie biomasse ? Derrière ce nom se cache en fait la plus ancienne source d’énergie puisqu’elle est créée simplement à partir de matières organiques, notamment d’origines végétales.

Le fonctionnement de l’énergie biomasse 

La biomasse est, par définition, la part biodégradable de tous les déchets issus de l’agriculture, de la sylviculture et de l’industrie, mais aussi des déchets ménagers. Comme les panneaux solaires, c’est donc une source d’énergie renouvelable, et les ressources en biomasse sont quasiment inépuisables. L'énergie biomasse offre aussi l’avantage d’émettre peu de CO2 et permet de valoriser les déchets. 

Si elle est utilisée depuis l’invention du feu par les hommes pour créer de la chaleur, l’énergie biomasse peut désormais être utilisée également pour produire du gaz, de l’électricité, ainsi que des biocarburants. Elle peut être obtenue par combustion, méthanisation, gazéification et pyrolyse.
 

Les différents procédés de production de l’énergie biomasse

L’énergie biomasse par combustion

En France on produit de l’énergie biomasse le plus souvent par combustion, que l’on appelle aussi la voie sèche. Les différents déchets sont envoyés dans des usines d’incinération pour y être brûlés, et cette combustion va créer de la vapeur d’eau. La fumée est éliminée à travers des filtres. La vapeur d’eau peut ensuite être injectée directement dans le réseau de chauffage des villes. On peut également l’utiliser pour mettre en mouvement une turbine reliée à un alternateur, afin de créer de l’électricité. 

L’énergie biomasse par méthanisation

Il est aussi possible de créer de l’énergie biomasse par méthanisation, un processus aussi nommé voie humide. On utilise dans ce cas des déchets organiques, des CIVE (cultures intermédiaires à vocation énergétique), les boues des stations d’épuration ou le lisier d’animaux, issu de la filière agricole. La dégradation progressive de ces déchets par la prolifération des bactéries provoque l’apparition d’un biogaz, composé de dioxyde de carbone et de biométhane. Ce gaz vert peut ensuite être transformé en chaleur ou en électricité.

L’énergie biomasse par gazéification et par pyrolyse

Deux autres méthodes, moins courantes, peuvent aussi être utilisées. Dans le cas de la gazéification, il s’agit de provoquer une réaction entre le carbone, obtenu grâce à la biomasse, et un réactif gazeux. Cette opération crée un gaz combustible que l’on brûle ensuite dans un moteur à combustion afin de produire de l’électricité ou de l’énergie mécanique. On peut également produire de l’énergie biomasse par pyrolyse. En chauffant la matière, on la décompose afin de produire un gaz combustible, un solide comme le charbon ou encore un liquide comme l’huile pyrolytique.  
 

L’énergie biomasse au quotidien

L’énergie biomasse est la source d’énergie renouvelable la plus utilisée en France, devant l’énergie hydraulique. Elle représente plus de 55 % de la production de ce type d’énergie, et permet d'avoir un impact carbone bas. 

Si le chauffage au bois traditionnel est considéré comme une énergie biomasse, il est aussi possible d’installer une chaudière biomasse pour chauffer l’ensemble de votre foyer. En brûlant, les matériaux - essentiellement du bois ou des produits dérivés comme des granulés - vont produire de l’énergie calorifique. Celle-ci est envoyée directement dans le circuit de chauffage de votre habitation et dans le ballon d’eau chaude.

La biomasse sert également à produire des biocarburants. On utilise essentiellement deux types de biocarburants.

Le biocarburant essence, composé d’éthanol, est obtenu en utilisant des plantes riches en sucre ou en amidon comme la betterave, la canne à sucre, le blé, la pomme de terre ou le maïs. En faisant fermenter ces végétaux, on obtient un jus qu’il faut ensuite distiller pour obtenir de l’éthanol, qui est une forme d’alcool. 
On peut également produire du biocarburant diesel. Quand Rudolf Diesel a inventé le moteur qui porte son nom, il utilisait de l’huile de cacahuètes, mais il est également possible d’utiliser de l’huile de colza, de tournesol ou de soja.

Dans un futur tourné vers le développement durable, ces nouvelles énergies devraient s’imposer de plus en plus.
 

Haut de page