Image
Pompe à chaleur

Quelle est la consommation d'une pompe à chaleur hybride électricité et gaz ?

Nous aspirons tous à nous trouver bien au chaud chez nous, au cœur de l'hiver, tout en maîtrisant nos dépenses énergétiques. Pour répondre à ce double besoin de confort, une solution de chauffage 2-en-1 existe. La pompe à chaleur hybride se montre efficace pour vous aider à obtenir une facture d'énergie raisonnable sans grelotter. Grâce à son mécanisme fonctionnant au gaz et à l'électricité, la consommation d'une pompe à chaleur hybride a de quoi séduire.

La consommation d'une pompe à chaleur, le résultat de deux technologies

Selon monsieur Larousse, l'adjectif hybride qualifie tout ce qui se compose d'éléments disparates. Cette définition correspond à la pompe à chaleur hybride, qui intègre une pompe à chaleur air/eau et une chaudière à condensation. Ainsi, deux systèmes aux modes de fonctionnement différents coexistent dans le même dispositif. Ils travaillent en harmonie au chauffage d'une habitation et à la production d'eau chaude sanitaire.

La pompe à chaleur utilise l'électricité pour fonctionner. De son côté, la chaudière à condensation fait appel au gaz naturel pour les logements qui y ont accès. Alternativement, dans les campagnes et les localités non raccordées au réseau gazier, le propane stocké en citerne sous forme de liquide fait l'affaire. Pris indépendamment, ces deux dispositifs présentent un rendement énergétique intéressant et permettent de faire des économies d'énergie. La consommation d'une pompe à chaleur hybride reflète les atouts de ces deux technologies.

Le fonctionnement d'une pompe à chaleur et l'économie réalisée

Afin de mieux comprendre comment faire des économies avec une pompe à chaleur hybride, appelée aussi chaudière hybride, faisons connaissance avec la composante pompe à chaleur. Le système intégré dans les dispositifs hybrides s'appuie en général sur la technologie dite air/eau. Cela signifie que l'appareil utilise les calories qui se trouvent dans l'air à l'extérieur du logement pour chauffer l'intérieur. Pour cela, il aspire de l'air, dont les calories chauffent un liquide capable de se transformer en gaz, même à très basse température. Les vapeurs produites sont compressées et se dirigent vers un condenseur. Celui-ci refroidit le produit frigorigène. La chaleur que celui-ci perd est transmise à un réseau de chauffage central qui parcourt la maison par le biais de radiateurs ou d'un plancher chauffant. Pendant ce temps, le liquide frigorigène revenu à son état de départ est prêt à être transformé à nouveau en vapeur par l'air extérieur.

Fonctionnant en circuit fermé, la pompe à chaleur extrait la chaleur de l'air, une ressource renouvelable à disposition. La quantité d'électricité pour faire marcher l'appareil est bien moindre que pour un réseau de chauffage électrique classique, et aucun carburant n'entre en jeu. Côté économie, la pompe à chaleur air/eau peut engendrer jusqu'à 70 % de réduction de la dépense énergétique pour le chauffage.

À la loupe : le fonctionnement d'une chaudière gaz à condensation

Dans le monde des chaudières à gaz, la chaudière à condensation se trouve sur la première marche du podium des systèmes les plus économiques. La combustion du gaz naturel ou du propane fait monter la température de l'eau qui circule dans les tuyaux d'un chauffage central. Dans un dispositif classique, les vapeurs d'eau produites par la combustion du gaz se retrouvent tout simplement conduites à l'extérieur du logement et expulsées. Le système de chaudière par condensation récupère ces vapeurs d'eau et utilise la chaleur qu'elles contiennent pour chauffer à nouveau l'eau, qui poursuit en continu sa promenade vers les radiateurs. Résultat, ce système utilise moins de gaz que les autres types de chaudières et permet de faire jusqu'à 30 % d'économie d'énergie par rapport à un système classique. De plus, il présente un rendement qui dépasse souvent 100 %. Cela signifie que la chaudière à gaz à condensation produit plus d'énergie qu'elle n'en utilise. Ce qui représente un atout pour la consommation d'une pompe à chaleur hybride. Énergie moins chère que l'électricité, le gaz est de plus en plus plébiscité pour la chaleur douce et uniforme qu'il produit.

Un chef d'orchestre pour piloter la consommation d'une pompe à chaleur hybride

La pompe à chaleur air/eau et la chaudière gaz à condensation forment donc séparément deux éléments performants sur le plan énergétique. Quand ils sont combinés, ces deux systèmes font valoir tous leurs avantages. Pourtant, ils ne fonctionnent pas en simultané dans une pompe à chaleur hybride, ni même à tour de rôle selon une rotation choisie par l'utilisateur. Il existe en effet un « cerveau » dans le dispositif, un système de pilotage qui joue les chefs d'orchestre. Il évalue à quel moment il apparaît plus intéressant d'utiliser la pompe à chaleur ou la chaudière à condensation pour se chauffer.

Lorsque les températures extérieures sont encore douces, le pilote opte pour la première solution. La pompe à chaleur utilise peu d'électricité et chauffe efficacement lorsque l'air qu'elle récolte n'est pas glacial. En revanche, s'il gèle, la consommation de la pompe à chaleur augmente et son rendement diminue. Le pilote identifie ce problème, stoppe la PAC et demande à la chaudière gaz à condensation de prendre le relais.

La consommation de la pompe à chaleur se trouve donc optimisée par le pilote intelligent. C'est ainsi que cet équipement permet de réaliser des économies d'énergie supplémentaires. Certains systèmes ont aussi la possibilité de consulter les tarifs de l'électricité et du gaz et de faire le choix de l'une ou l'autre de ces énergies en fonction de leur prix.

Les tarifs d'une pompe à chaleur hybride

Solution de chauffage innovante, récente et performante, la pompe à chaleur hybride présente un petit inconvénient. Elle se révèle plus chère à l'achat qu'une chaudière, mais d'un prix comparable à ceux d'une pompe à chaleur. Pour cette technologie combinant chaudière à condensation et pompe à chaleur, les tarifs s'échelonnent entre 4 000 et 10 000 €. Il existe cependant des primes et des soutiens de l'État, qui aident les ménages à s'équiper et à troquer des systèmes de chauffage obsolètes ou polluants pour des technologies plus efficaces.

Il est rarement utile que la partie pompe à chaleur du dispositif hybride dépasse la puissance de 8 kW. Dans la plupart des cas, une puissance de 4 à 6 kW sera suffisante et le tarif moins élevé. La pompe à chaleur hybride présente un avantage important par rapport à la pompe à chaleur classique lorsque des travaux d'extension ou d'isolation sont envisagés après l'installation. En effet, la pompe à chaleur classique nécessite un dimensionnement précis et voit sa performance se dégrader en cas de changement du besoin de chauffage. La pompe à chaleur hybride, au contraire, s'adaptera en maintenant une performance optimale.

En construction comme en rénovation, vous avez tout à gagner en étudiant la consommation de la pompe à chaleur hybride. Votre rêve de confort 2-en-1 avec une facture énergétique plus douce et un intérieur bien chauffé pourrait bien être sur le point de se réaliser...

Haut de page