Image
Comprendre comment fonctionne un tableau électrique

Triphasé ou monophasé : comprendre les différences

Vous devenez propriétaire d’une nouvelle maison et votre fournisseur d’électricité vous pose une question cruciale. Triphasé ou monophasé ? Quel choix faire ? Si penser à votre installation emmêle vos neurones comme un tas de fils électriques mal organisés, nous pouvons vous donner quelques pistes pour faire le tri dans vos idées. 

Courant triphasé ou courant monophasé, fonctionnement

Le courant qui alimente les logements est de type alternatif sinusoïdal. Si vous vous souvenez des cours de physique de collège, ce courant se matérialise sur l’écran d’un oscilloscope sous la forme d’une succession de courbes régulières. Pour l’autre type de courant existant, le courant continu, l’électricité circule dans un seul sens entre un pôle positif et un pôle négatif, à l’image d’une pile. En revanche dans le cadre du courant alternatif, on parle de la phase et du neutre. Voilà donc l’origine du terme « phasé » dans triphasé ou monophasé.

De là, tout coule de source. Un courant monophasé fait intervenir une seule phase et un neutre donc deux fils qui entrent dans l’installation électrique d’un logement pour transporter le courant. Jetez un œil à votre compteur si vous apercevez un fil bleu (le neutre) et un autre (noir ou rouge), vous êtes équipé d’un courant monophasé. La différence de tension entre phase et neutre atteint 230 volts. Les deux fils forment un circuit électrique sur lequel tous les appareils électriques de la maison se branchent.

Le courant triphasé en revanche implique trois phases et toujours un neutre, donc quatre câbles entrant dans un bâtiment. Ce qui se matérialise par trois câbles noirs ou rouges et un bleu au niveau de votre compteur. Chaque phase crée avec le neutre un circuit indépendant. Un bâtiment alimenté par un courant triphasé possède donc trois circuits électriques indépendants et équivalents. Vous pouvez très bien imaginer dédier chacun de ces circuits à une zone de votre habitation ou à un type d’usage.

Courant triphasé ou monophasé, existence technique et historique

Lorsque le courant électrique circule sur les lignes à très haute tension à partir de son point de production, il adopte la forme triphasée et ainsi perd moins d’énergie pendant le transport. Pour prendre un raccourci, lorsque le courant arrive à proximité d’habitations, un passage par un transformateur lui donne la forme monophasée. 

Pourquoi dans ce cas, votre fournisseur vous propose-t-il d’opter pour du triphasé ou du monophasé ? Tout simplement parce que les deux options sont accessibles. De nos jours, le courant monophasé représente la forme d’utilisation de l’électricité la plus commune dans les logements français. Dans l’industrie, on lui préfère toujours le triphasé, plus efficace et plus puissant. Par le passé et surtout à la campagne, l’opérateur d’électricité historique avait largement équipé les bâtiments d’un courant triphasé pour favoriser un meilleur accès à l’électricité. Aujourd’hui, ce type de courant reste recommandé dans trois situations :

  • Le logement consomme une grande quantité d’électricité et nécessite une puissance de compteur importante pour faire fonctionner l’ensemble des appareils électriques qu’il possède 
  • Le logement utilise des équipements qui consomment une grande quantité d’énergie et nécessitent une tension de 400 volts, supérieure à la tension standard en monophasé de 230 volts. Une pompe à chaleur puissante pour chauffer la maison, une pompe à chaleur pour chauffer une piscine ou encore des machines professionnelles font partie de ce type d’équipements
  • Le logement où est consommée l’électricité se trouve éloigné du compteur électrique. À l’instar du transport de l’énergie le long des lignes à très haute, haute et moyenne tension, amener le courant jusqu’au bâtiment implique moins de pertes en triphasé qu’en monophasé.
Image
Comment fonctionne l’électricité ?

Courant triphasé ou monophasé, les avantages pour chaque option

En rénovation ou en construction, les courants triphasés ou monophasés ont leurs avantages. Le courant triphasé apporte davantage de puissance. Il permet aussi de répartir l’ensemble des appareils électriques sur trois circuits distincts. Vous pouvez par exemple décider de dédier une des phases à l’ensemble du petit électroménager et à l’éclairage de la maison ; une autre, à une pompe à chaleur puissante ; et la dernière à quelques machines pour vos loisirs du week-end. Vous pouvez projeter de séparer votre logement en plusieurs zones et créer par exemple des studios qui bénéficieraient chacun d’un circuit électrique indépendant. 

Le monophasé quant à lui se révèle parfait pour une utilisation classique de l’électricité chez vous. Il a l’avantage de concentrer l’ensemble des appareils électriques sur le même circuit. Du coup, la configuration de l’installation est simplifiée. 

Courant triphasé ou monophasé, les inconvénients

Pour les deux courants, des inconvénients existent et peuvent faire peser la balance en faveur du triphasé ou du monophasé. Pour comprendre ces désavantages, penchons-nous un petit peu sur le fonctionnement d’une installation électrique. Elle inclut un compteur relié au réseau électrique public. Pour mettre en service ce compteur, vous devez opter pour :

  • une puissance de raccordement. Elle correspond à la puissance maximale que votre compteur peut en théorie extraire du réseau. Deux choix existent 12 kVA en monophasé ou 36 kVA en triphasé. 
  • une puissance de compteur. Il s’agit de votre abonnement auprès de votre fournisseur d’électricité. Dans la limite des 12 kVA en monophasé ou 36 kVa en triphasé présentés précédemment, elle correspond à la puissance totale à ne pas dépasser lorsque plusieurs appareils électriques fonctionnent au même moment. Les options s’échelonnent entre 3 kVA et 36 kVA, par multiples de 3.

Dans le système triphasé, la puissance de compteur se divise en trois puissances égales et implique une répartition équilibrée des appareils sur vos trois phases. Si vous avez souscrit un abonnement de 18 kVA, vous avez trois circuits de 6 kVA. Si la puissance utilisée à un moment va au-delà de 6 kVA sur une des phases, le compteur disjoncte, car il considère que vous voulez utiliser plus de puissance que cela n’est autorisé, et ce même si aucun appareil ne fonctionne sur une autre phase. La répartition de votre installation doit donc se faire de manière méthodique et réfléchie.

Le principal désavantage du courant monophasé est que la puissance du compteur peut s’avérer insuffisante. Vous pouvez toujours changer d’abonnement pour l’augmenter tout en restant dans la limite des 12 kVA de la puissance de raccordement. Si votre installation demande plus de puissance, vous allez devoir faire un choix entre le triphasé ou le monophasé ou repenser votre usage de l’énergie.

Opter pour un branchement en triphasé ou en monophasé

Avant d’opter pour l’un ou l’autre de ces courants, vous devez savoir si votre logement possède une installation en triphasé ou en monophasé. Un électricien peut vous aider en vérifiant votre installation. Armé par la suite d’un crayon et d’un papier, faites l’inventaire de vos électroménagers et définissez vos besoins si vous souhaitez vous équiper en appareils électriques énergivores. Votre installation est en triphasé et vous estimez que vous n’avez pas besoin d’une grande quantité d’énergie et souhaitez faire baisser le coût de votre facture d’électricité ? Au contraire vous êtes en monophasé et pensez que cela n’est pas suffisant ? Vous pouvez vous embarquer dans des travaux de modification de votre installation électrique. L’intervention d’un technicien s’avère nécessaire et est payante pour passer d’un branchement triphasé au monophasé.

Faire un choix entre courant triphasé ou monophasé implique aussi de poser un regard différent sur l’électricité et, pourquoi pas, opter pour une diversification des sources d’énergie pour des fins de mois qui allègent en même temps la facture et le bilan carbone !